Автор Peter Yermilin

Poutine signe un décret imposant des restrictions de visa contre la Russie-États hostiles

Le président Russe Vladimir Poutine a signé un décret sur les mesures de rétorsion en matière de visas contre les pays hostiles à la Russie. Le document a été publié le lundi 4 avril sur le site officiel du portail fédéral des projets d'actes juridiques réglementaires.

Le décret a été adopté en raison de la nécessité de mesures urgentes en réponse aux actions hostiles de l'Union européenne.

Selon le document, la Russie a suspendu plusieurs clauses d'accords internationaux sur la procédure simplifiée de délivrance de visas avec les pays de l'UE, la Norvège, le Danemark, l'Islande, la Suisse et le Liechtenstein.

Poutine a également chargé le ministère des Affaires étrangères d'introduire des restrictions d'entrée personnelles pour les citoyens étrangers et les apatrides qui ont commis des actions hostiles contre la Russie.

Quelles sanctions la Russie pourrait voir ensuite

Pendant ce temps, l'Occident envisage de nouvelles sanctions contre la Russie à la lumière des récents événements dans la ville de Bucha, près de Kiev, où de nombreux civils ont été abattus dans les rues. L'Occident et l'Ukraine accusent l'armée russe des crimes, mais la Russie nie fermement ces accusations.

  • En particulier, le président français Emmanuel Macron a suggéré que l'UE interdise les importations de pétrole et de charbon en provenance de Russie, rapporte le Financial Times.
  • Le Premier ministre polonais Morawiecki suggère d'interdire la délivrance de visas européens à tous les Russes et d'imposer des sanctions personnelles à tous les membres du parti au pouvoir, Russie unie.
  • D'autres dirigeants européens et responsables de l'UE se sont jusqu'à présent limités à une rhétorique générale sur l'inévitabilité de nouvelles mesures contre la Russie.

Le nouveau cinquième train de sanctions doit être approuvé par tous les pays de l'UE — 27 États au total. L'Italie, la Hongrie et l'Autriche — les pays qui dépendent le plus du gaz naturel russe-pourraient bloquer cette décision

L'UE discutera de nouvelles sanctions le mercredi 6 avril.