Une étude révèle un lien entre les niveaux d'œstrogène et le risque de démence

Un groupe de recherche du George Institute for Global Health en Australie a découvert que les niveaux d'œstrogènes peuvent être un indicateur du risque de démence chez une femme.

Les chercheurs suggèrent que certains facteurs reproductifs (menstruations précoces ou tardives, ménopause précoce) sont le signe d'un risque plus élevé de certains problèmes neurologiques liés aux compétences cognitives et sociales.

Selon la revue PloS Medicine, la grossesse et l'avortement sont liés à un risque plus faible de démence et d'autres problèmes neurologiques.

Toutefois, l'auteur principal Jessica Gong, de l'Institut, souligne que les liens exacts entre les œstrogènes et la démence doivent encore être étudiés de près.

"Si le risque de développer une démence augmente avec l'âge, nous ne savons pas encore si les taux plus élevés observés chez les femmes sont simplement dus au fait qu'elles vivent plus longtemps", a déclaré Gong. "Mais il est possible que des facteurs reproductifs spécifiques aux femmes puissent expliquer certaines des différences entre les sexes."

Автор Peter Yermilin