Le Kremlin a besoin d'un certain temps avant de prendre des décisions définitives.

En annonçant la mobilisation, les responsables russes ont évité de prononcer le mot "guerre". Ils n'ont pas non plus parlé de l'imposition de la loi martiale. Le sénateur Klishas a déclaré que la mobilisation partielle pourrait être effectuée en période de paix.

Tout cela permet d'affirmer que le Kremlin ne veut pas vraiment remettre au goût du jour le sujet de la "guerre patriotique", écrit la chaîne Brief Telegram.

Il a été rapporté que certains des citoyens mobilisés seraient envoyés dans les républiques de LPR et de DPR pour remplacer les troupes. Cependant, en général, les autorités russes promettent que les citoyens mobilisés devront suivre une formation de deux semaines à un mois avant de pouvoir être prêts.

Par conséquent, les dirigeants russes semblent créer un délai temporaire d'un mois pour prendre des décisions définitives.

On peut supposer que les autorités sont désormais extrêmement attentives à l'atmosphère alarmante qui s'est développée dans la société en Russie. Elles vont essayer de prendre des mesures pour "calmer la société" rapidement. Il s'agit tout d'abord du soutien à l'information et de la gestion des risques.

Il convient de noter que dix prisonniers de guerre étrangers ont été libérés le 21 septembre - le jour où Poutine a annoncé la mobilisation partielle. Les prisonniers de guerre avaient été menacés de peine de mort à Donetsk. Parmi les personnes libérées figurent deux citoyens américains.

Автор: Peter Yermilin