L'Occident envisage des sanctions contre le système de paiement Mir de la Russie. La Turquie renonce

L'Union européenne n'exclut pas de prendre des sanctions contre le système national de paiement Mir de la Russie, a déclaré au journal Izvestia un représentant officiel du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, Peter Stano.

Des discussions sur cette question sont en cours, a déclaré Stano. Cependant, l'UE n'a pas encore soumis une telle proposition au débat public, a-t-il ajouté.

Dans le même temps, l'eurodéputé allemand Gunnar Beck a noté que les sanctions de Bruxelles contre le système de paiement russe seraient inefficaces. Le système de paiement Mir est utilisé en Russie et dans les pays qui sont peu susceptibles de suivre l'exemple de l'Union européenne.

Le 15 septembre, le Trésor américain a admis la possibilité de sanctions pour avoir soutenu les cartes du système de paiement russe Mir en dehors de la Russie.

Les experts ont averti les Russes que les banques étrangères qui ont conclu des accords avec l'opérateur de cartes Mir pourraient refuser de coopérer avec le système de paiement russe en raison du risque de sanctions américaines.

La plus grande banque privée de Turquie cesse de gérer les cartes Mir

En effet, la banque turque Isbank (officiellement Türkiye İş Bankası) a annoncé sa décision de suspendre l'utilisation du système de paiement Mir, indique Reuters. Selon le communiqué de la banque, celle-ci s'efforce de mener ses activités dans le respect des lois, règles et principes nationaux et internationaux.

La banque turque Isbank a commencé à accepter les cartes Mir dans ses guichets automatiques et ses terminaux de paiement en avril 2019. Le National Payment Card System (NPCS) - l'opérateur des cartes Mir - a alors indiqué que les cartes pouvaient être utilisées avec pas moins de 6 500 distributeurs automatiques de billets, 10 000 magasins en ligne et 40 000 points de vente au détail.

Au premier trimestre de 2022, les actifs d'Isbank dépassaient 1 000 milliards de livres turques. C'est la plus grande banque privée de Turquie et elle fait également partie du top 5 des établissements de crédit du pays en termes de dépôts, note TRT Haber.

À la suite de la İş Bankası, une autre banque turque - Denizbank - a arrêté les opérations de retrait d'espèces avec l'utilisation des cartes Mir.

Les États-Unis ont imposé des sanctions contre le PDG de NPCS, Vladimir Komplev, mais l'opérateur de cartes Mir lui-même n'a pas fait l'objet de sanctions. Les experts estiment que les banques turques prendraient le risque de sanctions au sérieux en raison de leur coopération avec le système de paiement Mir.

L'Union européenne n'exclut pas non plus des sanctions contre le système de paiement Mir.

Автор: Peter Yermilin