Poutine répond aux questions sur l'opération spéciale en Ukraine

L'infrastructure civile russe subit des dommages, Moscou répond aux attaques de Kiev avec retenue, mais ce ne sera pas toujours le cas, a déclaré le président Vladimir Poutine en marge du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

"L'opération spéciale n'est pas un nouvel avertissement. Nous voyons des tentatives de causer des dommages à nos infrastructures civiles, nous répondons avec retenue, mais seulement pour le moment", a-t-il déclaré.

"Il n'y a pas si longtemps, les forces armées russes ont lancé [en réponse] quelques attaques, des attaques sensibles, mais il s'agissait simplement de frappes préventives, disons-le ainsi. Si la situation continue à évoluer de la sorte, la réponse sera plus sérieuse", a ajouté M. Poutine.

Parlant des éventuelles négociations avec l'Ukraine, Poutine a déclaré :

"La première condition est qu'ils doivent se mettre d'accord, ils ne le veulent pas. M. Zelensky a annoncé qu'il n'était pas prêt, qu'il ne voulait pas parler avec la Russie. Eh bien, si vous n'êtes pas prêt, ne le faites pas."

Kiev "a annoncé qu'ils ne chercheraient aucun accord avec la Russie, mais qu'ils chercheraient plutôt la victoire sur le champ de bataille. Eh bien, bon débarras. C'est ce qu'ils essaient maintenant de faire avec leur contre-offensive, voyons comment cela se termine."

Il est hors de question d'ajuster le plan de l'opération militaire spéciale en Ukraine, a-t-il également déclaré.

S'adressant aux journalistes lors de sa visite à Samarkand, en Ouzbékistan, le président russe a déclaré :

"Le plan de l'opération spéciale n'est pas susceptible d'être ajusté. L'état-major général prend des décisions opérationnelles au cours de l'opération, considère quelque chose comme la clé, l'objectif principal, et l'objectif principal est la libération de l'ensemble du territoire du Donbass", a-t-il dit, notant que ce n'est pas toute l'armée russe, mais seulement la partie contractuelle de celle-ci qui mène les combats.

Poutine à propos des sanctions contre le président tchétchène Kadyrov

Les sanctions contre les enfants du chef de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov sont schizophrènes, a déclaré le président russe Vladimir Poutine. 

Selon Poutine, les Américains ne comprennent plus ce qu'ils font. 

"Mettre des enfants mineurs sous sanctions est quelque chose de scandaleux, c'est de la schizophrénie", a souligné le président.

Автор: Peter Yermilin