Lavrov répond aux rumeurs sur la maladie de Poutine

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a répondu, dans une interview accordée à la chaîne de télévision française TF1, aux rumeurs concernant la prétendue maladie du président russe Vladimir Poutine. Le journaliste a dit au ministre que, selon ces rumeurs, le président russe était "malade, qu'il était en colère parce que son plan initial n'a pas été exécuté".

M. Lavrov a répondu que M. Poutine apparaît en public tous les jours, que l'on peut le regarder à la télévision, lire et écouter ses discours. Le ministre russe des Affaires étrangères a réfuté les rumeurs sur la détérioration de la santé de Poutine.

"Je ne pense pas que des personnes saines d'esprit puissent voir des signes d'une quelconque maladie ou affection chez cette personne. Je laisse à la conscience de ceux qui répandent de telles rumeurs, même s'ils peuvent le voir de leurs propres yeux, le soin de s'assurer de l'apparence de certaines personnes", a déclaré M. Lavrov.

Début mai, M. Lavrov a conseillé à ceux qui, en Occident, doutent de la santé de M. Poutine de prendre contact avec les invités étrangers du président - des dirigeants mondiaux que le chef d'État a récemment rencontrés, dont le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

En mars, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré que son homologue russe était au mieux de sa forme. Selon M. Loukachenko, tous les rapports sur les prétendus problèmes de santé de M. Poutine sont des rumeurs que les pays occidentaux ont répandues pour saper l'autorité de M. Poutine.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que Poutine n'avait jamais contracté de coronavirus pendant toute la durée de la pandémie et qu'il avait été revacciné en temps voulu.

Dans l'interview susmentionnée, M. Lavrov a également donné son avis sur le déroulement de l'opération militaire spéciale en Ukraine. Le journaliste lui a demandé si elle pouvait être considérée comme un succès ou un échec de la Russie. Sergueï Lavrov a souligné que Moscou ne considérait pas ses actions sur la scène internationale comme l'intention de la Russie de rechercher le succès ou l'approbation. Au contraire, Moscou fait ce qu'elle doit faire - la Russie protège son peuple et sa langue tout en exterminant le nazisme.

Le ministre a rappelé que depuis de nombreuses années, la Russie exhorte ses collègues occidentaux à forcer l'Ukraine à se conformer aux conventions et traités internationaux auxquels elle a adhéré. Cependant, la Russie n'a pas reçu de soutien. Moscou avait annoncé une menace pour la sécurité à ses frontières bien avant le début de l'opération, mais l'Occident a ignoré les appels de Moscou une fois de plus, a déclaré M. Lavrov.

M. Lavrov a également rappelé les demandes de Moscou pendant l'opération militaire spéciale en Ukraine. La Russie protégeait les civils dans le Donbass, tandis que l'Occident faisait de l'Ukraine un ennemi de la Russie. Par conséquent, la Russie a décidé de protéger la langue russe et le peuple russe vivant sur le territoire ukrainien.

Le 24 février, le président russe Vladimir Poutine a annoncé le début d'une opération militaire spéciale dans le Donbass. Cette décision faisait suite à la reconnaissance des républiques populaires de Donetsk et de Louhansk.

 

Автор: Peter Yermilin