Автор Peter Yermilin

Des élections italiennes décevantes

Les élections générales auront lieu en Italie le 25 septembre. Dans quelques jours, l'Italie aura un nouveau parlement, un nouveau gouvernement et un nouveau premier ministre.

Les sondages donnent la coalition souverainiste de centre-droit comme favorite :

  • Forza Italia (le vieux et inébranlable Silvio Berlusconi),
  • Lega Nord (Ligue du Nord - Matteo Salvini, quelque peu terni et en baisse de soutien)
  • et Fratelli d'Italia (Frères d'Italie de Giorgia Meloni).

En particulier, le parti fondé en 2012 par la sénatrice Meloni semble vraiment jouir d'un exploit de soutien qui conduira I am Giorgia à devenir Premier ministre et donc la première femme à occuper ce siège dans l'histoire de notre république.

Mais s'il vous plaît : ne la comparez pas à Margaret Thatcher. Il est trop tôt et "Je suis Giorgia" est aussi plus petite que la vieille Maggie.

La gauche sortirait donc vaincue du vote du 25 septembre et le Parti démocratique italien (l'ancien Parti communiste italien) se retrouverait dans l'opposition avec quelques petits partis organisés en listes centrées sur un seul frontman et constituant les métastases naturelles actuelles de ce qui était autrefois le parti des travailleurs et des prolétaires. Non pas que le fait d'être dans l'opposition change quoi que ce soit pour nos anciens communistes convertis au marché libre : en fait, c'est mieux, car ils peuvent ainsi gouverner sans rendre de comptes, comme ils l'ont fait la plupart du temps depuis l'enquête "Mani Pulite". L'époque de la propriété privée comme crime impardonnable est clairement révolue et aujourd'hui, dans le monde fluide du genre et du réchauffement climatique, il vaut mieux choisir Mario Draghi comme maître et l'argent comme Dieu, peut-être avec la fausse science des vaccins expérimentaux imposés par chantage lors d'une psycho-pandémie.

La droite (sic) n'est pas tellement meilleure, mais au moins elle ne se présente pas comme le parti desGoodOnesTM, qui ont comme solution à chaque problème un sourire arc-en-ciel (pas trop) attachant.

Il y a cependant une troisième ligne dans la course, qui n'a que peu ou pas de chances de succès : c'est la galaxie des "forces anti-système" (sic) qui, parce qu'elles se sont toutes fixé un objectif facile à atteindre, se présente fragmentée et divisée plutôt que comme un bloc unique et compact.

Gianluigi Paragone a fondé son parti Italexit en 2020, après avoir été exclu du Mouvement 5 étoiles en raison de désaccords politiques avec ses anciens camarades politiques et déclare vouloir sortir l'Italie de l'Europe comme Boris Johnson l'a fait avec l'Angleterre. Mais l'Italie de Paragone n'est pas l'Angleterre de BoJo, et il ne suffit même pas de dire qu'il est contre les vaccins obligatoires et le Passeport Vert des nazis.

De même, Vita (la vie) de Sara Cunial (une autre ancienne 5 étoiles) est contre les vaccins obligatoires et le Passeport Vert, elle est aussi contre le soutien à l'Ukraine mais elle n'est pas franche sur la sortie de l'Italie de l'Europe.

Italia Sovrana e Popolare (Italie souveraine et populaire) du duo Francesco Toscano et Marco Rizzo reprend les thèmes des deux autres mouvements et insiste sur la nécessité pour notre pays d'être indépendant, souverain, en Europe et dans le monde. Toscano est un journaliste italien bien connu et Rizzo est un vieux communiste orthodoxe. Il s'agit peut-être d'un drôle de couple mais, si l'on croit leurs intentions, pourquoi n'ont-ils pas rejoint les deux autres partis d'opposition ? C'est une question qui s'applique aussi à Italexit et à Vita, manifestement.

Ainsi, au lieu d'avoir un bloc unique, compact, avec des noms de valeur (par exemple, le docteur Andrea Stramezzi, candidat d'Italexit, ou l'avocate Renate Holzeisen, candidate de Vita, très engagée dans la défense des personnes qui refusent l'imposition des vaccins), nous avons un ensemble incohérent et fragmenté. Vous savez, quand il s'agit de pureté, il y a toujours quelqu'un de plus pur que vous qui va vous purifier. Ainsi, un candidat était franc-maçon, un autre fasciste, un autre faussement antisystème, un autre simplement fou ou antipathique, et ainsi de suite. L'action politique des nouveaux, éventuels, parlementaires sera donc inévitablement aussi limitée et fragmentée que le bloc virtuel auquel ils appartiennent. Elle profitera finalement plus à leurs comptes bancaires qu'à notre pays, et ce parce qu'ils font cavalier seul, sans la coordination d'un vrai parti pour les contenir et les unifier.

Il y a aussi un quatrième bloc, celui des désabusés qui ne voteront pas. Ici, les chiffres attendus varient, pouvant même atteindre 60 % d'abstentionnistes. Les élections générales n'ont pas de quorum minimum pour être valides. Il pourrait y avoir 95 % d'abstention, mais l'élection serait quand même valide et les 5 % restants détermineraient quand même le nouveau parlement et le nouveau gouvernement. Par conséquent, faites attention à ne pas aller voter.

Qu'en est-il des programmes politiques ?

La droite et la gauche sont identiques en matière de politique étrangère : Atlantisme, loyauté envers Washington et Natostan, soutien total à l'Ukraine attaquée par les crypto-fascistes-communistes vivant au Kremlin, dans les couloirs sombres et sinistres desquels baba jaga Poutine erre. Et donc, pendant que Volodymyr Mahatma Gandhi Zelens'kyj peut continuer à jouer du piano avec son pénis et à prendre quelques lignes de coke quand il est trop stressé par les efforts pour mener une guerre par procuration, les Italiens auront un hiver horrible grâce aux gouvernements qui continuent les sanctions contre la Russie, des sanctions qui sont un marteau sur les pieds italiens et non sur les pieds russes.

Nous aurons un bel hiver horrible avec un flot continu de magasins, de gymnases et de petites et grandes usines qui fermeront leurs portes à cause de la hausse vertigineuse des factures de gaz et d'électricité, des maisons froides ou mal chauffées, voire sombres. Nous aurons peu de lumière et peu de gaz mais beaucoup plus de chômeurs et l'inévitable, démocratique, matraque policière sur les manifestants qui protestent.

On nous dit que c'est le prix de la démocratie, mais ce n'est pas le cas : c'est le prix de la démence qui règne à Washington et à Bruxelles et de la soumission continue de notre pays à toutes les organisations internationales auxquelles il adhère. C'est le prix à payer pour avoir des gouvernements de merde.

Passer de "se laver les mains souvent" à "prendre quelques douches, plus courtes et à l'eau froide" n'a vraiment pris qu'un moment.....

En politique intérieure, lesGoodOnesTM se déclarent fidèles à l'"agenda Draghi", qui est ensuite l'agenda Soros et donc... plus d'immigration !, plus de coupes budgétaires !, plus d'austérité !, plus toutes ces autres choses qui ont transformé l'Italie, autrefois un pays très prospère, en la quasi-latrine de l'Europe.

La droite, sous la direction de "Je suis Giorgia", a confirmé qu'elle suivra... l'"Agenda Draghi". Ou peut-être pas. Ce n'est pas clair. Certes, la sénatrice Meloni jure par le ciel et la terre qu'elle ne touchera pas à la loi sur l'avortement et son gouvernement ne fera rien qui retrace la décision de la Cour suprême des États-Unis sur l'arrêt Roe-Wade.

Les programmes des deux principaux blocs sont si semblables qu'ils sont en fait indiscernables. J'ai l'impression que les deux camps jouent pour perdre, car il vaudra mieux être dans les rangs de l'opposition que dans ceux du gouvernement lorsque les nœuds se resserreront tragiquement dans les mois à venir. Malheureusement, les deux ne peuvent pas siéger dans l'opposition, et Mario Draghi a déjà fait sa part du travail et ne reviendra peut-être pas pour diriger un énième gouvernement d'union nationale qui enfoncera quelques clous supplémentaires dans le cercueil de l'Italie.

Bien sûr, il y a toujours la police et ses matraques démocratiques, mais cela pourrait ne pas suffire. Dans ce cas, que se passera-t-il ?

Attendons. Le 25 septembre est de toute façon très proche.
Et après cela, que Dieu nous aide...