Автор Peter Yermilin

Elizabeth Mary Truss, Wannabe-Maggie, ou Mme Bean ?

Je crois qu'il faut donner à un nouveau politicien son propre espace, une feuille de papier blanc pour qu'il puisse écrire son épitaphe politique. Truss, cependant, l'a déjà écrite

Elizabeth Truss a été élue Premier ministre du Royaume-Uni, pays d'environ 60 millions d'âmes, par environ quatre-vingt mille membres du parti conservateur. Puis elle parle de liberté et de démocratie dans son discours inaugural d'acceptation. Si c'est cela la Démocratie, je suis un gardien de troupeau de yacks mongols.

L'animal politique

Truss est, en deux mots, un animal politique. Qu'est-ce qu'un animal politique ? Ce n'est pas quelqu'un qui affirme clairement ses convictions, s'y tient et démissionne si l'environnement va à l'encontre de ce qu'il a défendu. Il s'agit plutôt de quelqu'un dont l'objectif principal est de rester en politique, quelque part, d'une manière ou d'une autre, en changeant de position lorsque cela est nécessaire, en laissant les options ouvertes lorsque cela est possible, en utilisant les relations personnelles lorsque cela est approprié et au diable tout le reste, y compris la famille et les amis, et ensuite en revendiquant une plus grande moralité tout en se présentant comme un gagnant, en utilisant des citations de l'Establishment dans le processus.

Sa carrière politique jusqu'à présent

À l'université d'Oxford, elle n'était pas conservatrice, mais présidente des libéraux démocrates de l'université d'Oxford, au sein desquels elle exprimait des opinions véhémentes contre la monarchie et la famille royale. Députée depuis 2010, elle était en 2012 sous-secrétaire d'État parlementaire pour la garde d'enfants et l'éducation, puis en 2014, secrétaire d'État à l'environnement, à l'alimentation et aux affaires rurales dans le cabinet de David Cameron.

À l'approche des élections désastreuses de 2016, au cours desquelles l'Angleterre a entraîné le reste du Royaume-Uni hors de l'Union européenne, signant son arrêt de mort économique pour l'avenir à moyen et long terme, elle a soutenu la campagne Britain Stronger in Europe et a suivi la majorité des députés en soutenant Remain (dans l'UE). À peine le résultat rendu public, elle était déjà partisane du Brexit.

Dans le cabinet de Theresa May, elle a été nommée secrétaire d'État à la justice et Lord (Lady) Chancelier, la première femme à occuper ce poste, et en 2017, elle est devenue secrétaire générale du Trésor. Pour avoir soutenu Boris Johnson après la démission de May en 2018, elle a été nommée secrétaire d'État au commerce international et présidente du Board of Trade, ajoutant le poste de ministre des femmes et de l'égalité en 2019, puis en 2021, le summum de son incompétence, ministre des affaires étrangères, où elle a fait preuve de degrés choquants d'ignorance, d'incompétence et d'insolence pure et dure. Enfin, elle a ajouté le poste de négociateur en chef avec l'UE et de président du Conseil de partenariat UE-Royaume-Uni, en décembre 2021.

La renégate

Un CV impressionnant ? Eh bien, tout le monde peut obtenir des titres sans signification. J'ai moi-même été président de la Chambre de commerce et d'industrie Portugal-Roumanie. Wow, hein ? Oui, mais sans aucune entreprise comme membre. Alors, entrons dans les détails, là où réside le Diable.

Dès le début, il est clair que son esprit était fixé sur une carrière politique, d'une manière ou d'une autre, quelque part, en utilisant tous les moyens nécessaires pour y arriver. C'est pourquoi elle a étudié la philosophie, la politique et l'économie à l'université d'Oxford, où elle a d'abord été libérale-démocrate et, comme Churchill, a vite vu qu'elle n'allait nulle part avec cela. Elle a donc changé de camp pour rejoindre l'opposition, le parti tory. Lorsqu'elle était libérale-démocrate, elle soutenait l'abolition de la monarchie et dépréciait l'importance de la famille royale, une institution britannique. Elle a changé d'avis et fait aujourd'hui la révérence devant la Reine. Elle a également soutenu la légalisation du cannabis, et a fait volte-face lorsque cela a été désapprouvé. Comme, légaliser les drogues ? ??

Avance rapide jusqu'au poste de ministre des Affaires étrangères. Ses commentaires sur la Chine et le Pacifique ont été décrits comme "déments" par le Premier ministre australien de l'époque, elle a demandé le retrait des troupes russes du territoire russe (genre, WTF ?), elle a dit "nous fournissons des armes à feu à la Chine". ), elle a déclaré "nous fournissons et offrons un soutien supplémentaire à nos alliés baltes de l'autre côté de la mer Noire, tout en fournissant aux Ukrainiens des armes défensives", je répète, "nos alliés baltes de l'autre côté de la mer Noire" (d'accord, à seulement mille kilomètres de la mer Noire), puis a déclaré que le Royaume-Uni ne reconnaîtrait jamais la souveraineté russe sur les régions de Voronezh et de Rostov (encore une fois, genre, WTF ?). Ces régions font partie intégrante de la Russie/la Fédération de Russie depuis des siècles.

D'accord, l'individu moyen dans la rue peut faire de telles gaffes, mais un ministre des affaires étrangères ? Si Elizabeth Truss a atteint son principe de Peter (point d'incompétence) en tant que ministre des affaires étrangères, comment va-t-elle gérer le poste suprême de Premier ministre ?

Le détail et le diable

Je vais être honnête et dire qu'elle a présenté un certain nombre d'initiatives dans les domaines de l'éducation et de l'environnement et, comme je ne vis pas au Royaume-Uni, je ne me considère pas digne de faire des commentaires, si ce n'est que des propositions telles que celle de placer les mathématiques dans le cursus scolaire jusqu'à l'âge de 18 ans est une déclaration sonore mais dénuée de tout détail, étant donné que de nombreux élèves sont déjà en train de patauger en mathématiques à l'âge de dix ans et qu'à douze ans, le fait d'être dans la classe ou non ne fait aucune différence, puisqu'à ce moment-là, ils ne comprennent pas un mot de ce que dit le professeur. Si le diable est dans les détails, l'examen du dossier d'Elizabeth Truss pourrait être un projet intéressant.

L'insolence pure et simple

Cependant, c'est dans son insolence pure et simple qu'elle apparaît comme une personne désagréable. Elle semble avoir un penchant pour Vladimir Poutine, qui, j'en suis convaincu, ne la toucherait pas avec une perche. Ainsi, chaque fois qu'elle appelle le président russe "Poutine" dans ses diatribes négatives, nous appellerons le Premier ministre britannique "Truss", ce qui se traduit en russe par "lâche". Ou mieux, nous pourrions l'appeler Mme Bean ! Nous y reviendrons plus tard...

Mais être une russophobe de bas étage fait partie intégrante de la courtisanerie de l'Establishment britannique qui aime inventer un "Eux" pour justifier les Etats-Unis, qui sont à leur tour un fantasme anglo-saxon de relations cordiales et de tapes sur la tête de la part du maître de lit de l'autre côté de l'étang, et d'une relation intime, d'empoignades et de caresses avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, de clips sonores sur le fait de diriger le monde ou de dominer les vagues, et de références insipides et insignifiantes à la Grande Angleterre du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest, dans les discours. Elizabeth Truss est le genre de personne qui aurait fait des discours publics sur l'Anglais parfait (un bigot raciste, impérialiste, hautain et élitiste) dans des discours publics lorsqu'elle était adolescente.

Wannabe Maggie, ou Mrs. Bean ?

Enfin, Elizabeth Truss n'est à l'évidence ni plus ni moins qu'un wannabe Margaret Thatcher, aujourd'hui l'une des personnes les plus impopulaires à avoir jamais occupé un poste au Royaume-Uni. Les Français l'ont déjà surnommée la girouette de fer, parce qu'elle change tout le temps de direction. Je l'appelle Wannabe Maggie, ou Mrs. Bean. Je veux dire, elle ressemble à la femme de M. Bean, n'est-ce pas ? Et les pitreries de M. Bean font de l'ombre à Truss.

Évidemment, on lui souhaite bonne chance et on espère qu'elle fera son travail avec compétence parce qu'en fin de compte, les journalistes peuvent écrire des diatribes mais ce sont toujours ceux qui sont au bas de la pile qui souffrent. En ces temps très difficiles, avec des services de santé mis à rude épreuve à cause de Covid (qui reviendra cet automne, croyez-moi), avec des retombées massives dues à l'effet inverse des sanctions contre la Russie (pourquoi la Russie n'a-t-elle pas imposé de sanctions après l'Irak et la Libye, Dieu seul le sait), des augmentations du coût de l'énergie au Royaume-Uni qui sont exponentiellement plus élevées que partout ailleurs et à la tête d'un parti conservateur qui est désespérément à la traîne dans les sondages, la question est de savoir si Elizabeth Truss a ce qu'il faut dans un pays qui ne choisit plus entre se chauffer et manger car beaucoup n'auront ni l'un ni l'autre ?

Qu'en pensez-vous ?

Timothy Bancroft-Hinchey peut être contacté à l'adresse [email protected]