Автор Peter Yermilin

La Russie est prête à créer des bases navales en Inde, en Arabie saoudite, en Irak et en Iran.

Dans le cadre de la nouvelle Doctrine navale, Moscou a annoncé son intention de créer de nouvelles bases navales :

  • en mer Méditerranée,
  • dans la région Asie-Pacifique (APR),
  • dans l'océan Indien,dans le golfe Persique

Zones maritimes d'intérêt vital

Le président russe Vladimir Poutine a signé le décret correspondant à l'occasion de la Journée de la marine, le 31 juillet.

La doctrine stipule que la course à la domination des États-Unis sur les océans constitue le principal défi pour la sécurité nationale de la Fédération de Russie. La doctrine définit les zones d'"intérêts vitaux" où les méthodes militaires peuvent être utilisées lorsque les méthodes diplomatiques ne peuvent plus être utiles. Ces zones "sont directement liées au développement de l'État, à la protection de sa souveraineté, de son intégrité territoriale et au renforcement de la défense, et ont une incidence critique sur le développement socio-économique du pays".

Elles comprennent les eaux maritimes intérieures et la mer territoriale de la Fédération de Russie, la zone économique exclusive du pays et son plateau continental :

  • Le bassin arctique, y compris le plan d'eau de la route maritime du Nord (NSR),
  • la mer d'Okhotsk,
  • le secteur russe de la mer Caspienne.

Sur la base des priorités arctiques, la doctrine prévoit l'expansion des activités de la Russie

  • sur le Svalbard,
  • la Terre François-Joseph
  • Novaïa Zemlya
  • et l'île Wrangel.


La nouvelle doctrine navale russe désigne les pays où la coopération navale est prioritaire.

La doctrine constate l'absence d'un nombre suffisant de bases navales en dehors de la Fédération de Russie, ce qui constitue un risque pour la sécurité de la Russie, et propose la création de points de soutien logistique pour la marine russe

  • en Asie-Pacifique
  • dans "un certain nombre de pays de la région méditerranéenne",
  • dans la mer Rouge
  • et dans l'océan Indien.

La Russie prévoit également d'étendre sa coopération avec l'Iran, l'Irak et l'Arabie saoudite et de développer la coopération navale avec l'Inde. Tous les pays susmentionnés s'abstiennent d'accuser la Fédération de Russie dans le cadre de l'opération spéciale en Ukraine.

L'Inde est le principal partenaire de la Russie

L'Inde est le pays le plus pertinent et le plus utile pour la coopération maritime et militaire en raison de son appartenance aux BRICS, à l'OCS et de ses intérêts dans l'Arctique.

Après le 24 février, l'Inde est devenue le principal partenaire géopolitique de la Russie. Les deux pays se sont rapprochés tant sur le plan politique qu'économique. Selon les statistiques indiennes, le chiffre d'affaires commercial entre les deux pays s'est élevé à 6,4 milliards de dollars américains de janvier à avril 2022. C'est presque deux fois plus que sur la même période l'année dernière. L'Inde achète des hydrocarbures russes sanctionnés et des entreprises laissées par des sociétés occidentales.

Fin 2021, lors du sommet de New Delhi, des accords militaires ont été signés, notamment sur la fourniture de systèmes S-400. En outre, la Russie et l'Inde organisent des exercices militaires conjoints.

L'accord clé RELOS (Reciprocal Exchange of Logistics Agreement) est élaboré depuis longtemps et doit être signé prochainement. Conformément à ce document, la Russie et l'Inde peuvent utiliser des installations logistiques militaires lorsqu'elles visitent leurs ports, bases et installations militaires respectifs.

L'Inde a ouvertement appelé à soutenir la vision russe du développement du système de production de matériel et s'intéresse au développement de l'Arctique.

L'intérêt de l'Inde pour la région arctique s'est accru dernièrement, en partie pour contrebalancer l'ambition de la Chine. Dans un avenir proche, New Delhi a l'intention d'investir, notamment, dans l'exploration du pétrole, du gaz et d'autres minéraux de terres rares russes. Le soutien de la Fédération de Russie dans le domaine de la sécurité stratégique est nécessaire pour leur protection.

Actuellement, l'Inde ne dispose ni d'installations portuaires ni de bases navales dans l'Arctique. Un accord tel que RELOS permettra à la marine indienne d'avoir une plus grande couverture opérationnelle dans cette région, et la Russie pourra étendre son influence dans l'océan Indien - une zone d'intérêts directs des États-Unis.

L'Arabie saoudite s'éloigne des États-Unis

L'Arabie saoudite s'éloigne de plus en plus de l'influence des États-Unis. Le 29 juillet, l'Arabie saoudite a obtenu le statut de partenaire au sein de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Selon des rapports non confirmés, l'Arabie saoudite souhaite également rejoindre les BRICS.

Les membres de l'OCS - Chine, Russie, Kazakhstan, Ouzbékistan, Inde, Pakistan, Kirghizstan et Tadjikistan - se préparent à abandonner le dollar américain comme moyen de paiement.

En septembre 2021, la Russie et l'Arabie saoudite ont signé à Moscou un accord sur le développement de la coopération militaire. Les détails n'ont pas été divulgués. L'Arabie saoudite a accès à la fois au golfe Persique et à la mer Rouge.

L'Iran ne laissera pas la Russie perdre face à l'Occident

Lors du sommet de l'OCS qui se tiendra à Samarkand en septembre, l'Iran deviendra un neuvième membre à part entière de l'association. Téhéran a également posé sa candidature aux BRICS. La visite de Vladimir Poutine à Téhéran le mois dernier a montré que les relations de la Russie avec la République islamique atteignaient un nouveau niveau stratégique.

Téhéran ne peut pas laisser la Russie perdre la guerre par procuration en Ukraine avec l'Occident. L'Iran continuera à développer la coopération militaire et technique avec la Fédération de Russie. Il n'est pas exclu que Téhéran mette également à disposition ses ports du Golfe Persique comme points d'appui logistique.

L'Irak remercie la Russie d'avoir condamné l'intervention américaine de 2003

L'Irak traverse actuellement une autre crise politique, mais son attitude envers la Fédération de Russie dans tous les partis et dans la société va de la neutralité à la pro-russité.

En 2017, l'Irak a commandé pour 1 milliard de dollars de chars russes, ajoutant ainsi à son vaste stock de véhicules blindés de fabrication russe. En mai 2019, l'Irak a annoncé sa décision d'acheter des systèmes de défense aérienne russes S-400.

L'Irak a accès au golfe Persique. Bien que le littoral soit très court, le Golfe est relié par le détroit d'Ormuz avec :

  • le Golfe d'Oman,
  • la mer d'Arabie,
  • l'océan Indien.
  • Lavrov évoque les possibilités de bases navales en mer Rouge

Il convient de noter que la Russie négocie également une base navale au Soudan. Les autorités de ce pays n'ont pas encore décidé de ratifier l'accord. Moscou souhaiterait obtenir du Soudan l'autorisation de maintenir jusqu'à quatre navires de guerre en mer Rouge. En contrepartie, la Russie fournirait au Soudan des équipements militaires et d'autres aides gouvernementales.

Lors de sa dernière tournée africaine, le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov a visité les pays qui ont accès à la mer Rouge - l'Égypte et l'Éthiopie. L'Érythrée, qui vote toujours contre les résolutions anti-russes à l'Assemblée générale des Nations unies, s'y trouve également.

Le vice-amiral Pyotr Svyatashov, chef d'état-major de la flotte de la mer Noire, premier commandant adjoint de la marine en 1992-1997, a déclaré à Pravda.Ru que l'Union soviétique avait une doctrine de défense navale, alors que la Russie n'avait aucun document de ce type.

"La doctrine que le président a signée déclare les intentions de la Russie. Nous devons résoudre cette question par voie diplomatique avec les autres pays, à l'exception de la Syrie. Ce document est une impulsion pour le développement des relations et la détermination de nos bases navales dans d'autres pays dans le contexte de la situation internationale", a déclaré l'expert à Pravda.Ru.