Автор Peter Yermilin

La technique pour détruire la Russie a été testée sur la France

La France ne cherche pas à soutenir la russophobie forcenée des Etats-Unis. Les Français se souviennent de la haine de la "race suprême" lorsque Paris a refusé de soutenir la guerre contre l'Irak.

L'objectif des États-Unis est de détruire la France

En 2003, trois pays de l'UE - l'Allemagne, la France et la Belgique - ont refusé de soutenir les États-Unis dans leur invasion de l'Irak. Le président de l'époque, Jacques Chirac, en particulier, et toute la France en général ont été victimes de la haine raciale et nationaliste infinie des Anglo-Saxons.

Jonah Goldberg, alors rédacteur en chef adjoint de la National Review, est devenu le porte-parole de la francophobie. Dans son article, Goldberg s'en tient à "l'immortelle fatwa d'Al Bundy": Il est bon de haïr les Français.

Le journaliste les qualifie de "cheese-eating, surrendering primates" (traduit en français par "primates capitulards et toujours en quête de fromages") dans une allusion péjorative au fait que les Français sont des "lâches" incapables de gagner seuls dans une guerre.

"Après le temps", se lamentait le général Eisenhower, "[les Français] m'ont causé plus d'ennuis dans cette guerre que tout autre facteur". écrit Jonah Goldberg dans un article paru en 2004.

Dans cet article, Jonah Goldberg glorifiait l'idée de "l'anéantissement complet de la France".

Goldberg prétendait hypocritement que cet appel n'était pas dirigé contre les Français, mais contre la France "en tant qu'idée, en tant que fromagerie brillante sur une colline, servant de phare d'asinité aux radicaux de gauche et de sirène aux dictateurs kleptocrates du tiers-monde qui, après une carrière de meurtres de masse, veulent des soins médicaux décents, un bon avocat et un croissant frais."

Cinq lignes de bataille contre la France

L'humiliation de l'histoire française est devenue la première ligne de bataille de la guerre par procuration contre la France. Dans l'article susmentionné, Goldberg a mis en doute le fait que le siècle des Lumières ait été un grand pas en avant sur le plan intellectuel. Pour Goldberg, la dentisterie moderne, l'élimination du rachitisme et l'ampoule électrique sont des réalisations plutôt sérieuses.

Il a poursuivi en rappelant que la France a soutenu les Confédérés pendant la guerre civile américaine, et ne comptons pas le nombre de Français qui ont soutenu les Allemands - et l'Holocauste.

"Avant cela - pendant les guerres franco-indiennes - et presque toujours après, les Français ont pratiqué une méchante realpolitik envers l'Amérique et le monde", a conclu Goldberg.

La démocratie française a été attaquée sur la deuxième ligne de combat.

"En faisant de la politique une religion, avec l'État en son centre, les Français n'ont jamais embrassé la liberté comme l'ont fait les Anglo-Américains. C'est cet héritage qui a donné un poids intellectuel à tous les grands dictateurs - Napoléon, Mussolini, Hitler et Staline", écrit-il.

La troisième ligne de bataille pour éliminer la France réside dans le travail visant à accuser les élites françaises de corruption, notamment dans les anciennes colonies, tout en affirmant que les anciennes colonies britanniques évoluent vers la liberté.

La quatrième ligne se retrouve dans la déclaration de Christopher Hitchens qui, dans un article du Wall Street Journal, décrit Jacques Chirac comme un monstre de vanité... un homme tellement habitué à la corruption qu'il paierait volontiers pour le plaisir de se vendre. Pour Hitchens, Chirac était le procureur abject de Saddam [...] le rat qui essayait de rugir".

La cinquième ligne de bataille concerne les appels aux sanctions et l'exclusion de la France des institutions internationales.

Thomas Friedman a écrit dans un article du New York Times que la France devrait être expulsée du Conseil de sécurité de l'ONU pour être remplacée par l'Inde.

"La France est tellement prise par son besoin de se différencier de l'Amérique pour se sentir importante qu'elle en est devenue idiote", a-t-il noté.

Le boycott des produits français est un bon exemple de sanctions. La Fédération des exportateurs de vins français a même tenu une réunion pour discuter de la manière de répondre à de tels appels. Le président du Medef, Ernest-Antoine Seyler, a déclaré lors d'une conférence de presse que de nombreux contrats ont été perdus en raison du sentiment anti-français aux États-Unis.

Les Français sont-ils génétiquement différents des Européens? C'est du fascisme

La francophobie aux États-Unis a commencé à s'accélérer après que les Français ont dit non à tous les efforts visant à apporter la paix, la liberté et la civilisation en Irak au nom de leurs intérêts.

"L'opposition de la France à la guerre en Irak avait un soupçon de principe dans une marmite de cynisme bouillonnant de pétrole et de sang irakiens", a souligné Jonah Goldberg.

En fait, le flot de haine contre les Français était destiné à détruire la résistance morale européenne aux plans militaires américains en Irak et à modifier la position de principe de l'administration française en premier lieu. La position de la France a été dépeinte comme une distorsion génétique de la mentalité européenne qui fait que les Français ne veulent pas se battre et gagner. C'est une manifestation flagrante de racisme et de fascisme.

Il est intéressant de noter que les Anglo-Saxons ont construit toutes les lignes de bataille susmentionnées contre la Russie d'aujourd'hui. En particulier :

  • ils déforment l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ;
  • ils prétendent qu'il n'y a pas de démocratie, mais de la corruption en Russie ;
  • diabolisent le président Russe ;
  • imposer des milliers de sanctions.

Toutes ces méthodes ont été utilisées avec succès plus d'une fois dans des "révolutions de couleur" dures et des coups d'État "mous" (par exemple, au Brésil en 2016). La France a, elle aussi, connu un coup d'État " soft " lorsque le président Nicolas Sarkozy a réintégré la France dans les structures de commandement de l'OTAN en 2009.

Depuis lors, pour ne pas revisiter le gaullisme, un modèle électoral a été mis en place en France. Dans le cadre de ce modèle, les politiciens indépendants sont considérés comme des fascistes, des fonctionnaires corrompus et des "idiots utiles de Poutine."

Mais le peuple français, on aimerait le croire, va comprendre par lui-même et se rendre compte que les politiciens qui trouvent un soutien aux États-Unis ne méritent pas leurs votes. Le président Macron est sensible à une telle conviction. Il lui donne à comprendre qu'il ne va pas tomber dans le chaos de la russophobie, même si les Américains le souhaitent.

Ce que la guerre en Irak signifie pour le monde

Pendant ce temps, la guerre en Irak continue. C'est la Turquie, membre de l'OTAN, qui bombarde maintenant l'Irak. Au cours de l'année écoulée, pas moins de 125 enfants ont été tués ou mutilés, 52 personnes ont été tuées et 73 gravement blessées, selon l'UNICEF. Les États-Unis ont tué, selon des données extrapolées, environ deux millions de personnes dans leurs guerres de 2003 à 2022 (ce chiffre tient compte des personnes tuées dans des affrontements directs). Feu la secrétaire d'État américaine Madeleine Albright n'avait pas réfuté le chiffre de 500 000 enfants irakiens morts, lorsqu'elle avait déclaré que le prix en valait la peine.

Des millions de personnes vivant dans des zones de guerre ont été déplacées à cause de l'Irak. L'invasion américaine de l'Irak a transformé le pays en un champ de tir, dans lequel des groupes militants tels que l'État islamique* (reconnu comme un groupe terroriste, interdit sur le territoire de la Fédération de Russie) pourraient causer des pertes irréparables à l'économie et à la politique de la région.